aDsr - association Dyslexie suisse-romande

1.5 Y a-t-il de plus en plus de dyslexiques dans nos classes ?

Bien que c'est ce que l'on pourrait penser au vu du fait que l'on parle de plus en plus de la dyslexie, il est peu probable que ce soit le cas. En effet, les études épidémiologiques suggèrent que la proportion de personnes dyslexiques dans la population reste stable. Par ailleurs, aucun facteur ne semble pouvoir expliquer pourquoi on observerait une recrudescence de dyslexiques ces dernières années.


D'une part, le corps enseignant ainsi que les parents sont davantage conscientisé par rapport à la dyslexie que dans le passé. Il y a encore 10 ans, le terme même de «dyslexie » était très peu connu, et l'on ne parlait pas encore de ce trouble de l'apprentissage dans les écoles. Avant, lorsqu'un apprenant éprouvait de grandes difficultés d'apprentissage, on l'envoyait souvent à l'usine ou dans les champs, ou encore vers une filière d'études de type courte. Avec l'avancée des recherches et des moyens d'interventions pour la dyslexie, ces enfants peuvent aujourd'hui poursuivre leur scolarité pourvu qu'ils bénéficient d'aides appropriées.


C'est donc la combinaison des avancées scientifiques et la vulgarisation de ces connaissances qui ont rendu la dyslexie plus visible, mais probablement pas plus fréquente. Un autre facteur qui peut avoir influencé les manifestations de la dyslexie réside dans les méthodes d'apprentissage utilisées pour enseigner la lecture et l'orthographe. Les années 60 ont vu fleurir des approches dites « globales » de la lecture et de l'orthographe, dans lesquelles les mots étaient appris directement comme des entités complètes sans être décomposés en lettres. L'enfant est supposé découvrir par lui même quelle lettre correspond à quel son dans les mots. Or, c'est justement ce que les dyslexiques ne savent pas faire.
On sait maintenant que ces approches sont sans conteste très néfastes (certains auteurs, comme Stanislas Dehaene, disent « criminelles ») pour les dyslexiques. Ainsi, il est possible que de nombreux enfants ayant appris à lire et à écrire selon des méthodes globales pures ont vu leur dyslexie « exploser » sous l'effet de ces méthodes, qui pourraient avoir agi vraiment comme un marqueur fluorescent et avoir mis en exergue la dyslexie des enfants concernés.

BrowseAloud

Accédez à la lecture vocale du site de l'aDsr!

Pour lire cette page en police Dyslexie de Christian Boer.